• -> Comment se passe une cure de désintoxication ?

    Comment se passe une cure de désintoxication ?

    Prenons l’exemple d’une cure de désintoxication complète de 14 jours

     

    1- le constat

    Tout d’abord, un diagnostic est fait. Cette étape est très essentielle car elle permet d’évaluer la condition mentale et physique du patient. Elle permet de déterminer le niveau de dépendance et d’identifier la présence des effets à long et court termes. Pour ainsi établir la détermination.

    Plusieurs examens sont faits :

    - Examen médical par un psychiatre

    de la clinique

    - Examen par un médecin spécialisé

    aux soins intensifs

    - Électrocardiogramme

    - Tests du VIH et de l’hépatite C et B

    - Analyses biochimiques du sang

    - Analyses d’urine

    Pour mettre en place la cure, des spécialistes comme des cardiologues, neurologues ou bien des endocrinologues utilisent différentes forme de test par exemple , un électrocardiogramme, un scanner ultrasons, une IRM etc.…. ceux-ci pratiquent des tests dans le sang , d’urine ou d’autres liquides organiques.

    Si les résultats se trouvent être anormaux, d’autres spécialistes sont mis en jeu pour accompagner l’évolution médicale.

    Une fois la phase de diagnostic passée, les résultats sont discutés en équipe, dans le but d’établir un programme de soins adapté.

    2- la désaccoutumance

    La désintoxication de drogue ou d’alcool est la première procédure médicale mise en place lors de l’arrivée .Cette désintoxication doit se faire sans douleur et dans les plus brefs délais. Pour cela plusieurs critères devront être respectés :

    - Proposer une cure de désintoxication rapide et sans douleur.

    - Le patient ne doit pas ressentir de douleur, il faut le mettre à l ‘aise.

    - il doit reprendre une vie normale, ex : retrouve son appétit.

    - il ne faut pas offenser le toxicomane. L’humeur du patient joue une rôle important il ne doit être ni stressé ni anxieux.

    Pour permettre une désintoxication sans douleur, plusieurs méthodes sont proposées plus ou moins intensives mais il est conseillé de faire une désintoxication accélérée. Chaque méthode propose un programme adapter au client .Elle est plus sécurisé et plus fiable. Le patient dort tranquillement et ne ressent aucune sensation de manque pendant la phase de désintoxication.

    Mais le patient reçoit durant le programme des traitements médicamenteux et des injections quotidiennes, et sont soumis à des contrôles fréquents comme des examens visant à vérifier la présence d’opioïdes dans les urines.

     

    • Lorsque le patient commence à souffrir de symptômes de manque, il est immédiatement placé sous médicaments neuro jet therapie et reçoit un dispositif Neurojet.

    Un dispositif Neurojet est un petit appareil électronique, qui peut être placé dans

    la poche ou dans une banane. Les électrodes sont placées sur la peau, en-dessous

    des lobes d’oreilles. La stimulation ne provoque aucune douleur seulement de

    légers picotements .Tout ceci est contrôlé par un ordinateur .Les résultats

    apparaissent au bout de 15 à 20 minutes, on remarque que le client a ses envies

    qui disparaissent. Le traitement est principalement basé sur la technique neuro-

    électrique, car cette technique permet la stimulation des opioïdes endogènes

    chargés de réguler le niveau de dopamine et d’endorphine dans les récepteurs.

    ces effets cliniques de a thérapie neuro-électrique permettent de diminuer les

    symptômes de manque de 70% a 80%

    • Cette méthode de désintoxication accélérée aux opiacés est moderne et très efficace. Elle est beaucoup utilisé dans le monde grâce à son faible risque de rechute (elle est beaucoup plus efficace que d’autre cure de désintoxication.) et révèle de très bons résultats chez les patients dépendants aux opioïdes. Car cette désintoxication se débarrasse de cette dépendance physique sans douleur et rapidement. au réveil si quelques symptômes, ils sont facilement endurables et peuvent être soulagé par la prise d’antidouleurs

    Il est important de souligner que les traitements accélérés donnent de très bons résultats et débarrassent totalement l’organisme des substances toxiques, sans provoquer aucune sensation de manque.



    3. Le sevrage ou le traitement de la dépendance psychologique

    Plusieurs thérapies sont mis a dispositions. Premièrement la thérapie par l’information .ce traitement influence le comportement et la manière de fonctionner. Comme on le sait le cerveau est un organe qui reçoit régulièrement de nouvelle information et tout comme un ordinateur certaines informations sont parfois dangereuse et forme un virus qui endommage le système. Les drogues détruisent les cellules du cerveau et la psyché du consommateur. Puis intervient la thérapie antivirale. Cette thérapie a pour objectifs de traiter les informations de façon a ce que le patient en comprenne le sens. Il est plongé dans un sommeil artificiel durant quelques heures. On sait qu’a l’état endormi, le cerveau perçoit les informations de manière plus directe car le patient ne pense plus. Pour finir avec la thérapie par l’aversion. Cette thérapie permet de rendre le client insensible aux drogues ou autres substances addictifs voir même de dégoût ou de peur. Ce qui lui permet de modifier totalement sa façon de percevoir sa vie.

    Grâce à cette technique, nous dissocions toute sensation de plaisir des narcotiques, et instaurons chez le patient un sentiment de peur et de dégoût face au produit. Soigner la dépendance psychologique libère le patient. Les souvenirs du patient associés aux narcotiques, à l’alcool ou aux autres substances addictives disparaissent complètement. Le besoin de drogue n’existe plus. 



     

    4. Traitement à l’ibogaïne

    Pour pouvoir continuer le traitement, le patient ne doit montrer aucune trace d’envie aux drogues.

    On constater au cours des dernières années que la plante appelé « iboga » possédait un fort potentiel qui est de soigner les addiction. Aujourd’hui, la consommation d’ibogaïne est reconnue comme une alternative efficace pour soigner les individus dépendants. L’un des principaux avantages de cette plante est qu’elle possède peu d’effets addictifs. Apres la prise d’ibogaïne, le patient arrive couramment a se passer de la drogue sur une longue période et a comprendre pourquoi cette prise de drogue. Le métabolite de l’ibogaïne active la dopamine et la sérotonine dans l’organisme du patient, qui parvient à se libérer de son addiction et peut entamer une nouvelle façon de vivre.


    L’IBOGAINE élimine entièrement tout symptôme de manque provoqué par les opiacés. Elle permet également de se débarrasser de l’envie de consommer les opiacés, de la cocaïne, des amphétamines et de l’alcool. 

     

    5. yoga, physiothérapie 

    La physiothérapie propose a but thérapeutique de nombreux massages thérapeutique. Ceci a pour conséquence de soulager, apaiser et calmer le patient car il prenne en compte les facteurs physiques, psychologiques et émotionnels.

    Le yoga est aussi utilisé dans cette cure. Le yoga permet d’assouplir la colonne vertébrale et de faciliter la colonne vertébrale et la circulation sanguine pour maintenir le corps en forme. Le yoga emploie des techniques de respirations et de méditation pour discipliner l’esprit. Le yoga est une bonne manière de vivre sainement avec soi-même.

     

    6. Suivi pharmacologique – Implant à la Naltrexone

     

    La méthode du suivi pharmacologique est la plus efficace dans le cadre d’une désintoxication a la drogue. La naltrexone est un antagoniste puissant, ce qui signifie qu’elle neutralise les effets de a morphine, héroïne, la méthadone la codéine et d’autre forme d’opioïdes synthétiques.

    Si jamais le patient consommerait l’une des substances mais que les récepteurs de leur cerveau sont bloqués par l’antagoniste, les effets ne se développeront pas, il ne ressentira aucune euphorie, aucun plaisir.

    De nos jours, les implants à la Naltrexone sont considérés comme la solution la plus efficace en matière de soins prophylactiques et de stabilisation suite à une désintoxication aux opioïdes.

    7. Phase de stabilisation

    Afin d’éviter une rechute, un suivie est effectué.il reste en contact avec les médecins et reçoit une assistance médicale dès qu’une sensation de manque se manifeste. On rappelle que le client continue de prendre les médicaments et doit se rendre une fois par mois a la clinique pour subir une visite de contrôle. En résumé, il est préférable d’être encadré par une équipe pour augmenter les chances de réussite.



    Les Conditions du séjour en clinique

    • Durant le séjour, des médecins et des infirmières sont 24heures/7 jours a la clinique, pour procurer aux malades des soins ou des aides.

    • La clinique est entièrement équipée de matériaux médicaux et tout types d’experts comme des neurologues ou des psychologues.

    • Les patients sont logés dans des chambres de 2 à 3 lit équipées et confortables. Chaque chambre dispose de sa salle de bain, de toilettes, d’une armoire, d’un poste de télévision et de tables de chevets. Toutes les chambres sont nettoyées deux fois par jour.

    • Les repas incluent le petit-déjeuner, le déjeuner et le diner, ainsi qu’un goûter. Les repas sont cuisinés dans la cuisine de la clinique. Mais les patients peuvent demander des repas sur mesure soit à leur allergie, à un régime alimentaire, ou a ses habitudes religieuses

    Signalement par un médecin ou une assistante sociale

    Les médecins peuvent faire un mandat pour enquêter sur la vie familiale, professionnelles et sociale de la personne et peut demander un examen médical

    • Si l'examen révèle une intoxication, le patient doit suivre une cure de désintoxication dans l'établissement de son choix. À défaut, la délégation peut en désigner un d'office.

    • Si l'examen médical ne révèle pas d'intoxication, le client est invité à demeurer sous surveillance médicale par un médecin de son choix ou un praticien agréé pendant une durée définie.

    Injonction thérapeutique

    L'injonction thérapeutique est une mesure alternative aux poursuites pénales. Ainsi, si elle est suivie, il n'y aura pas de poursuites ou de sanctions pénales. Elle peut être prononcée par le procureur de la République, le juge des enfants, le juge des libertés et de la détention ou une juridiction de jugement.

    Les médecins réalisent alors des examens er organise des prises en charges sanitaires et de contrôler l’état de santé de la soumis a l’injonction. Ces un contrôle qui se fait tout les 3mois.

     

    La clinique accueille aussi des patients venus de l’étranger à la gare ferroviaire ou à la gare routière et assurons leur transfert à la clinique.

    Sur demande, les patients peuvent participer à des visites guidées, à des promenades en extérieures, ou encore à des pique-niques.

    Rappelons quand même que la volonté du patient est primordiale et qui n’existe pas de solution miracle

     

     

     

    Répertoire des pages